Surface habitable : définition et calcul

Il existe plusieurs façons de calculer la superficie d’un bien. La méthode change selon l’opération prévue, d’où le flou qui s’installe autour de ce sujet. En effet, la surface habitable est définie par une mention légale et doit être calculée avec précision. Son utilisation est obligatoire pour un bon nombre d’opérations, notamment dans le cadre d’une vente. Quelle est alors la définition exacte de surface habitable ? Et comment doit-on la calculer réellement ?

Définition

La surface habitable est précisée dans l’article R. 111-2 du Code de l’habitation et de la construction. Elle représente la totalité de la superficie du plancher construite dans un logement. Elle correspond à la surface disponible au total pour les habitants. En effet, on applique le système de la surface habitable pour pouvoir mesurer des endroits assignés à l’habitation. Ainsi, pour l’évaluation de la superficie d’un terrain, d’un local commercial ou d’un hangar, on adoptera la surface utile pondérée. Pour pratiquer méticuleusement le calcul de la surface habitable, il est judicieux de faire appel à un professionnel.

Calcul

Pour obtenir votre surface habitable exprimée en mètre carré, vous devez multiplier la longueur par la largeur de chaque pièce. Vous devez  faire votre calcul à partir de l’intérieur puisqu’il faut retirer les surfaces absorbées par  les embrasures de portes et fenêtres, gaines, cages d’escaliers, marches, cloisons et murs. En revanche, les locaux ayant moins de 1,80 mètre de hauteur, les dépendances de logement, les locaux communs, les volumes vitrés, les vérandas, les séchoirs extérieurs, les balcons, les loggias, les terrasses, les garages, les remises, les sous-sols, les caves ainsi que les combles non aménagés ne sont pas concernés par le calcul de la surface habitable. Par ailleurs, les pièces d’eau comme la salle d’eau ou salle de bain, la cuisine et les cabinets d’aisances y sont affectés.

Loi Carrez

Lorsqu’on parle de superficie d’un logement, on parle aussi de Loi Carrez. Cependant, il ne faut pas confondre cette dernière avec la surface habitable. En effet, la Loi Carrez indique la superficie privative d’une fraction de lot ou d’un lot de copropriété dans le cas d’une vente. Dans le cadre de cette Loi, les espaces inférieurs à 8 m² ne sont pas considérés. Tandis que dans le calcul de la surface habitable, ils le sont. Par ailleurs, les locaux professionnels et commerciaux, comme les locaux d’habitation sont aussi concernés par la Loi Carrez. Et enfin, les surfaces des sous-sols, véranda, terrasse, etc. sont également comptabilisées dans la surface privative.

Appartement à vendre: quelles sont les règles d’or d’une bonne annonce immobilière?
Vendre un appartement entre particuliers, comment ça se passe?